• CIVAM AD 72

Vidéo #1 : Passer à l'herbe avec un grand troupeau

Mis à jour : mars 5

Dix paysans impliqués dans chacun des groupes Ecophyto 30 000 de l’Adage ont partagé leurs expériences de changement de système dans 10 vidéos témoignages que l’Adage va publier sur sa chaine Youtube chaque vendredi durant les semaines à venir. Ces témoignages abordent des questions et leviers spécifiques du changement de système : Comment aménager sa ferme pour passer à l’herbe – Améliorer ses résultats économiques via le pâturage – Ferme avec grand troupeau : comment on passe à l’herbe ? …


La première vidéo publiée nous dévoile le témoignage de Yohann Pégeault, paysan à Plélan-le-Grand, dans le groupe Ecophyto 30 000 de l'Adage Rennes - Val d'Anast. Il témoigne des choix faits par le GAEC pour mettre en place un système herbager en grand troupeau : dimensionnement des paddocks, distribution de l’eau dans les parcelles, aménagement des chemins, augmentation de l'accessibilité, recherche d'autonomie.


(Cliquer sur l'image pour voir la vidéo)


+ d'infos :


En 2017, l’Adage a labellisé « groupes Ecophyto 30 000 » ses 6 groupes géographiques : ce sont des groupes de 10 à 15 fermes d’élevage bovins lait engagées dans une démarche de réduction d’usage des produits phytosanitaires. Le principal levier activé pour réduire les phytos est la reconception du système de production et la mise en place de systèmes herbagers. Pour étudier les effets des changements de système, l’Adage a mené une série de diagnostics de durabilité (outil développé par Réseau Civam) auprès des fermes des groupes en 2017 puis à nouveau en 2020. L’analyse des résultats montre que sur cette période, les fermes de l’Adage ont réduit leur usage de phytosanitaires (IFT moyen de l’Adage, hors fermes en AB : 1,32 en 2016-17 puis 0,93 en 2019-2020) ou se sont converties à l’Agriculture biologique (15 fermes, IFT = 0 pour toutes les fermes AB). Ces résultats s’obtiennent notamment dans le cadre d’une réduction des surfaces en maïs (baisse de 50%) et de cultures de vente, et par une augmentation des surfaces en herbe.

Ces changements de système amènent à une réduction du coût alimentaire (-20% en moyenne pour un coût moyen à 77€/1000 L de lait en 2020) et notamment à la baisse du coût des concentrés (-30% en moyenne). Parallèlement, les indicateurs économiques sont en progression (+25% pour un EBE/UTH avec un montant en 2020 à 37 907€/UTH) et démontrent la multiperformance des systèmes herbagers.