Le sur-semis de prairie avec un méteil :

Un levier de résilience des systèmes herbagers face au changement climatique ?

Le CIVAM AD 72 vous propose de venir échanger sur cette thématique le lundi 3 décembre 2018, à partir de 14h, à l’EARL du Buisson, à Bernay-en-Champagne. Après-midi gratuite et ouverte à tous.

Programme détaillé

Présentation de la ferme

Contact : Emilie DENIS, 02 43 14 23 07 ou cultures.civam72@civam.org

Offre d’emploi « animateur-conseiller en agriculture durable »

Le CIVAM AD 72 propose un poste « d’animateur-conseiller en agriculture durable » à pourvoir dès que possible. Plus d’informations : CIVAM AD 72_offre_emploi_animateur AD_V2

Mesures Agro-Environnementales et Climatiques en Sarthe : 2017 / 2018

La Région Pays de la Loire souhaite soutenir les exploitations agricoles engagées en faveur de leur environnement via des contrats MAEC sur des zones à enjeux eau et/ou biodiversité, allant au-delà des sites Natura 2000 sur lesquels les MAEC sont accessibles historiquement.

Pour ce faire, elle soutient la création de nouvelles zones et le lancement de l’animation sur ces territoires jusqu’alors étrangers au dispositif.

En Sarthe, 3 sites sont animés conjointement par le CPIE Vallées de la Sarthe et du Loir, la Chambre d’Agriculture de la Sarthe et le CIVAM AD 72 :

Sarthe Nord – Extension de la zone Natura 2000 de Perseigne
Sarthe Ouest – Zone Natura 2000 de Sillé-le-Guillaume
Sarthe Sud – Extension de la zone Natura 2000 du Bassin du Loir

Objectifs opérationnels :

  • Entretenir et gérer le patrimoine arboré
  • Soutenir les systèmes d’élevage
  • Soutenir les surfaces en herbe
  • Maintenir la dynamique agricole du site
  • Améliorer l’efficacité des mesures pour les enjeux N2000
  • Maintenir le niveau d’engagement

« LE CHAMP DES POSSIBLES », documentaire sur FRANCE 5

Rendez-vous sur FRANCE 5,
le mercredi 20 décembre 2017 à 20h50

Documentaire réalisé par Marie-France BARRIER qui montre l’accompagnement du CIVAM AD 72 au travers de l’histoire de Frédéric LETHUILLIER
 

Message de Marie-France BARRIER
 
« Bonjour,

 
Je me permets de solliciter votre attention pour vous annoncer la diffusion du documentaire Le Champ des possibles, sur France 5, mercredi 20, à 20h50. Ce film met entre autre en lumière le travail des CIVAM par le biais d’un éleveur laitier passé au système herbager grâce à l’accompagnement de votre antenne sarthoise. 
Le film vous appartient à présent et j’espère qu’il donnera l’écho mérité à votre engagement précieux pour que nos paysans retrouvent leur autonomie et la fierté de leur travail.
 
Je vous transmets quelques éléments de communication pour partager la bonne nouvelle : le monde paysan n’est pas mort, il se réinvente et est porteur de valeurs d’avenir.
 
Bonne continuation,
Cordialement,
Marie-France Barrier »
 

LE CHAMP DES POSSIBLES

Le monde en face, présenté par Marina Carrère d’Encausse, propose chaque mercredi à 20.50 des documentaires éclectiques aux points de vue affirmés, suivis de débats avec des experts.

Alors que le monde agricole est en pleine crise, les français sont chaque année de plus en plus nombreux à choisir de changer de vie pour devenir paysan.

Pour redonner du sens à leur travail, ils quittent leur confort urbain pour apprendre à vivre de la terre. Attirés par une agriculture respectueuse de la vie, ces néo-paysans viennent grossir les rangs de ces agriculteurs de souche qui remettent eux aussi en question leur travail. Revenus des pratiques productivistes et industrialisées qu’ils ont apprises, des grands céréaliers, des vignerons ou des éleveurs laitiers changent de logique pour renouer avec la nature et ainsi retrouver goût à leur métier. D’autres paysans choisissent de s’installer en collectif pour mutualiser leur force de travail et leur matériel, quand d’autres décident de devenir berger au cœur de la ville. Chacun d’eux réinvente le métier de paysan et explore le champ des possibles.  

Après la diffusion de ce documentaire, Marina Carrère d’Encausse propose un débat avec Marie-France Barrier, réalisatrice du documentaire Le champ des possibles, Maxime de Rostolan, Fondateur de Fermes d’avenir et deux autres invités dont les noms seront communiqués ultérieurement.

Durée : 71′ – Avec la voix de Cécile de France

Le Sourire de Louise »C’est papa qui décide »

Pendant 3 ans, le CIVAM AD 72 et Solidarité Paysans 72 ont travaillé avec un groupe d’agriculteurs en difficultés afin de retrouver des marges de manoeuvre financières dans le cadre du projet  CASDAR  : L’agroécologie, un recours pour les agriculteurs en difficulté ?
RADiTS (Recours pour les Agriculteurs en Difficulté par la Transmission Solidaire)

La Compagnie COSNET a réalisé un court métrage sur la démarche d’accompagnement (de la difficulté au changement de pratique avec passage à l’herbe) intitulé :

L’autonomie au service de l’indépendance énergétique ?

Depuis 2016, dans le cadre du dispositif GIEE, le CIVAM AD 72 accompagne un groupe d’une vingtaine d’éleveurs autour de la notion d’autonomie. Mais s’il ne fait quasiment plus de doute que les systèmes autonomes bénéficient d’une certaine indépendance économique vis-à-vis des opérateurs agricoles voire des aides publiques (Observatoire technico-économique du Réseau CIVAM), qu’en est-il d’un point de vue environnemental, et plus précisément énergétique ?

Lire l’article 1/2

Précédemment, nous avons pu constater que l’autonomie alimentaire ne suffit pas à garantir une faible consommation d’énergie dans les exploitations en polyculture-élevage. En effet, des fermes du GIEE Autonomie – accompagnées par le CIVAM AD 72 – semblent consommer beaucoup d’énergie alors qu’elles sont plus autonomes que d’autres fermes. Par contre, elles utilisent encore des engrais de synthèse. La recherche d’autonomie azotée est-elle en cause ?

Lire l’article 2/2

L’agroécologie, un recours pour les agriculteurs en difficultés

Le 28 septembre sur l’EARL des Lilas à Bouër, et le 03 octobre sur l’EARL du Logis à Auvers-sous-Montfaucon, ont eu lieu 2 fermes ouvertes marquant la fin du projet CASDAR RADiTS.
L’occasion pour les agriculteurs du groupe, accompagnés par le CIVAM AD 72 et Solidarité Paysans 72, de présenter au public leur parcours et leur démarche de changement de système, ainsi que les principaux résultats de l’étude.
Désireux de sensibiliser les étudiants en agriculture sur des solutions alternatives permettant de produire du lait tout en gagnant sa vie, le collectif a eu le plaisir d’accueillir 5 classes d’apprenants lors de ces événements.
Dans l’optique de prévenir plutôt que de guérir, les agriculteurs ont souhaité, par le biais de ces fermes ouvertes, ouvrir le champ des possibles aux étudiants, et donc aux « futurs » agriculteurs. Espérons que des graines ont été plantées ?!
A noter qu’une vidéo illustrant les principaux résultats et enseignements du projet est en cours de montage, et devrait permettre de semer encore davantage de graines …

Retour sur le scénario Afterres2050…

 A l’image du scénario NégaWatt sur la question énergétique, le scénario Afterres72 propose un modèle de production agricole et alimentaire répondant aux besoins de la société, en préservant la fertilité des sols, la qualité des eaux, la biodiversité, et sans continuer à affecter négativement le climat. Le scénario intègre aussi le principe du facteur 4 (division par 4 des émissions françaises de gaz à effet de serre avant 2050).

Samedi 23 septembre, à la salle Pierre Guédou au Mans, le CIVAM AD 72 a organisé une conférence suivie d’un débat autour du scénario Afterres 2050
Gwenn Abaziou, animatrice de la Fédération Régionale des CIVAM des Pays de la Loire a d’abord présenté une synthèse des travaux de l’association SOLAGRO (en résumé).

Puis ce sont 3 adhérents du CIVAM AD 72 qui ont témoigné de leur parcours et des raisons les conduisant à faire évoluer leur système vers plus d’autonomie.
Du côté des acteurs agricoles, bien que les enjeux environnementaux et sanitaires fassent partie intégrante de leurs préoccupations, les ambitions du scénario Afterres 2050 ont suscité de nombreuses questions quant à l’avenir de certaines filières.
Mais les citoyens / consommateurs présents dans la salle n’étaient pas en reste et ont largement « alimenté » les échanges qui se sont poursuivis autour d’un verre de l’amitié.

 

Prochaine 1/2 journée méteil lundi 27 novembre 2017 à St Gervais de Vic

Le méteil une culture multi facettes

Ces dernières années, nombreux sont les éleveurs qui ont introduit dans leur assolement des méteils (mélanges céréales-protéagineux) :

  • soit pour faire face à d’éventuels déficits fourragers
  • soit pour accroître leur autonomie protéique à moindre coût.

Bien que cette culture semble présenter de nombreux avantages, tant d’un point de vue agronomique que zootechnique, sa conduite technique du semis à la valorisation dans la ration est très diverse d’un élevage à l’autre. Les éleveurs souhaitant se perfectionner dans cette technique se questionnent encore pour limiter les déboires :

Quelle place doit avoir le méteil dans le système fourrager et dans l’alimentation des bovins?
Quels types de méteils implanter?
Quel itinéraire cultural ?
Quels moyens et stades de récolte?

Une 2e journée, consacrée à la récolte et à la valorisation des méteils dans l’alimentation des bovins, sera organisée :

Lundi 27 novembre 2017

Heure : 13h30 – 17h00
Lieu : GAEC des Chênes, à St-Gervais-de-Vic chez Jérôme NASLE

Plus d’infos

 

Lundi 16 octobre, le CIVAM AD 72 avait organisé une démonstration de semis de méteil, à l’EARL du Buisson, chez Frédéric Lenglet, à Bernay-en-Champagne.
Il s’agissait d’une technique de semis innovante, puisque Frédéric a semé son mélange dans une jeune prairie (implantée depuis début septembre seulement !) à l’aide d’un semoir de semis direct, qu’il possède en co-propriété avec un céréalier.
Le mélange, destiné à être ensilé, se compose d’avoine, de vesce commune, de pois fourrager et de féverole. Avec ce mélange, Frédéric vise 15 à 20% de MAT pour une meilleure ingestion par les vaches laitières. La récolte, conditionnée par le début de la floraison du pois fourrager, devrait permettre d’obtenir 6 à 8 TMS/ha.
L’intérêt de cette technique est d’éviter d’avoir un sol nu après l’ensilage du méteil, c’est-à-dire de mai à octobre.

 

 

Première 1/2 journée méteil le lundi 16 octobre 2017 à Bernay en Champagne

Le méteil une culture multi facettes

Ces dernières années, nombreux sont les éleveurs qui ont introduit dans leur assolement des méteils (mélanges céréales-protéagineux) :

  • soit pour faire face à d’éventuels déficits fourragers
  • soit pour accroître leur autonomie protéique à moindre coût.

Bien que cette culture semble présenter de nombreux avantages, tant d’un point de vue agronomique que zootechnique, sa conduite technique du semis à la valorisation dans la ration est très diverse d’un élevage à l’autre. Les éleveurs souhaitant se perfectionner dans cette technique se questionnent encore pour limiter les déboires :

Quelle place doit avoir le méteil dans le système fourrager et dans l’alimentation des bovins?
Quels types de méteils implanter?
Quel itinéraire cultural ?
Quels moyens et stades de récolte?

Cet évènement a pour objectif de présenter une synthèse des travaux déjà entrepris sur le sujet et de permettre aux éleveurs d’échanger sur les réussites et les écueils dans la recherche d’autonomie protéique à travers la culture des méteils.

Lundi 16 octobre 2017

Heure : 13h30 – 17h00
Lieu : EARL du BUISSON « Le Buisson » à Bernay en Champagne, chez Frédéric Lenglet

Contenu

Information et biblio sur les méteils (composition, objectifs, secs/ensilé) et témoignages de Benoit DROUIN sur les méteils à double fin et de Fred LENGLET sur son intérêt pour les méteils, technique du semis direct sur une prairie déjà implantée
– Transfert vers la parcelle
– Démo de semis ou visite de la parcelle si semis déjà fait
– Discussion du groupe

Imprimez le flyer